Accueil AUTRES POETES POEMES DE J.BRUNAUD

POEMES DE J.BRUNAUD

0
0
52

CES POEMES SONT EXTRAIT DU RECUEIL  » BELLE CREUSE » ECRIT PAR J.BRUNAUD

DANS LES GORGES DU MOULIN-LOUP

pour se promener : où va-t-on?

dans les gorges du moulin-loup

ce n’est pas très loin d’argenton

et ce coin vous plaira beaucoup

 

vous y ferez du canotage

sur l’eau calme  ou sur le rapide

vous y trouverez de l’ombrage

et des sources à l’eau limpide

 

quelques terrains pleins de gazon

emplacements pour le camping

une abondante floraison

belle vue au banc du touring

 

route large et d’accès facile

puis le chemin sur le rivage

moulins, écluse et petite île

des rochers la côte sauvage

 

c’est un coin tout plein de fraîcheur

 » dans les gorges du moulin-loup

c’est un lieu connu du pêcheur

où l’on prend la truite à tout coup!

*

A MAURICE ROLLINAT

vous n’atteignez et de loin l’altitude

des hauts sommets de tous nos grands glaciers

mais cependant j’aime la solitude

monts et ravins au long de vos sentiers

 

près des rochers qui plongent dans la creuse

l’on voit souvent paître bœufs et brebis

et la bergère une jeune fileuse

surveille tout de ses yeux alanguis

 

j’aime à sentir dans la grasse prairie

la saine odeur des foins qu’on a coupés

que le baudet rentre à la métairie

suivi le soir des faucheurs attroupés

 

sur le plateau parmi toutes les brandes

que tu chantais Maurice rollinat

poussent le thym et les frêles lavandes

en un tapis de tons bleus et grenats

 

quand tu rêvais poète solitaire

en tous ces lieux de bel-air à ceaulmont

tu savourais leur charme et leur mystère

tout en chantant ces landes et ces monts!

*

CHATEAUBRUN

le fier manoir de châteaubrun

tout en haut du roc escarpé

bravant et la pluie et l’embrun

n’est qu’un vieux château rescapé

 

il domine partout la creuse

et ses rives les plus jolies

il dresse en forme vigoureuse

ses trois tours pas trop démolies

 

dans les grands murs de ses remparts

parfois se cache une souris

sous les lilas bouquets épars

souvent s’endort un lézard gris

 

sur le donjon les giroflées

embaument partout à la ronde

et dans les cours entremêlées

poussent l’aubépine et l’éronde

 

l’on te déserte hélas pourquoi?

ton séjour était familial

Gilberte était pleine d’émoi

monsieur antoine un peu jovial

 

george sand nous dit ton histoire

et nous conte aussi des légendes

du sommet de ton promontoire

c’est la creuse que tu commandes

 

tu n’es plus qu’un séjour de chats

manie innocente d’un fou

après tant d’instables achats

auras-tu des destins plus doux?

Charger d'autres articles liés
Charger d'autres écrits par fragrancedepoesie
Charger d'autres écrits dans AUTRES POETES

Laisser un commentaire

Consulter aussi

MURS D’YEUX

MURS D’YEUX PASSENT LES DROITS VULCAINS QUE LES COINS DE CÔTé ANAMORPHOSE PLAIGNENT …